Bonsoir à tous,
Aujourd’hui nous partons à la découverte du  Domaine Jean Claude Bachelet et Fils 

Benoît et Jean-Baptiste, les deux fils de Jean-Claude Bachelet, vigneron déjà gratifié d’une excellente réputation, ont entrepris, depuis leur arrivée au Domaine en 2000 et en 2005,

de gravir patiemment mais résolument les marches qui séparent la qualité de l’excellence.

Du statut de « grands de demain », ils sont passés à celui de référence incontournable et, désormais, de domaine « culte »,

non seulement dans l’appellation Saint-Aubin qu’ils ont su hisser au meilleur rang,

mais aussi à Chassagne-Montrachet et Puligny-Montrachet, où ils produisent des Villages et des Premiers Crus de toute beauté .

Les plus grands sommeliers ne s’y sont pas trompés, qui font figurer leurs vins sur les cartes de la plupart des restaurants triplement étoilés que compte le pays…

Quant aux critiques, ils ne tarissent pas d’éloge sur ce duo qui a su affirmer un style, trouvant, à chaque millésime, le juste point d’équilibre entre densité de saveurs, tension et expression limpide des sols…

 

Le Guide vert de la RVF, en leur décernant l’an dernier leur deuxième étoile, les consacre dans le gotha des grands noms de la Côte d’Or.

Une juste récompense qui nous montre aussi, s’il en était encore besoin, qu’ici le hasard n’a pas sa place. Car une telle régularité à un aussi haut niveau ne tombe pas du ciel.

 

 

Leur ouverture aux autres, leur méticulosité dans le travail des sols, la qualité et la douceur du pressurage des raisins,

l’utilisation exclusive de levures indigènes, la pratique d’élevages très longs (un minimum de deux hivers en fûts !) et extrêmement précis, avec une réflexion sans cesse ajustée sur le choix de la futaille

(pas moins de 7 tonneliers se retrouvent dans leurs caves !) et surtout leur abnégation et leur complémentarité dans le travail…

 

 

 Tout cela a contribué à faire de leurs blancs ce qu’ils sont devenus : des modèles de grands vins de Bourgogne, complexes, harmonieux et toujours élégants.

Année après année, dans toutes les dégustations à l’aveugle, leurs vins planent au-dessus de la mêlée :

arômes raffinés, subtils, bouches précises, sensuelles, intenses mais jamais gras ou pesant, finales sapides, étirées, énergiques… Tout y est.